Je lis, Littérature française, Littératures de l'imaginaire

Le cycle de Lanmeur Tome 3. Les Rêveurs de l’Irgendwo

le-cycle-de-lanmeur-3-les-reveurs-de-lirgwendo-e1438967727915Après avoir beaucoup aimé les tomes 1 et 2 du cycle de Lanmeur, il était grand temps que je vous parle du tome 3, sorti l’année dernière. Mon avis sur le tome 4 ne devrait pas tarder à suivre.

Ce qu’en dit la quatrième de couverture :

« De partout des vaisseaux convergent vers Lanmeur. Si cet afflux est encore contenu dans le territoire contrôlé de l’Enclave, les Mondes Rassemblés ne tarderont plus à contester sa suprématie. C’est dans ce contexte de crise historique que Persval ap Galad est convoqué au palais des Thoreïdes. Les annalistes de l’aréopage statistique décident de l’envoyer à la rencontre d’un énigmatique artefact qui erre dans l’espace : dans ses entrailles repose peut-être l’explication de cet univers peuplé d’humanités que Lanmeur réunit depuis des siècles, comme les pièces égarées d’un même puzzle. Un univers dont les lois semblent se modifier avec le temps.
Pour remettre toutes les pièces en place, Persval devra-t-il, guidé par le fantôme informatique d’un mathématicien rebelle, rejoindre en Irgendwo la cohorte des Rêveurs surpris par la mouvance de leur propre création ?

Voici réunis pour la première fois en intégrales les romans du cycle de Lanmeur, pièce maîtresse de l’œuvre de Christian Léourier. Les Rêveurs de l’Irgendwo, qui contient Les Masques du Réel et La Terre de Promesse, nous plonge à nouveau dans cette fresque monumentale, véritable classique de la science-fiction française. Avec Christian Léourier, nous embarquons à la rencontre de l’Autre, dans des récits où se déploient avec bonheur le talent d’imagination d’un Jack Vance, l’élégance d’écriture d’une Ursula Le Guin et l’intelligence de récit d’un Asimov. »

Mon avis :

Autre tome, autre époque. Les Masques du Réel et la Terre de Promesse se déroulent deux siècles après l’action des tomes précédents. Lanmeur rassemble toujours, mais perd de sa puissance. Partis conquérir les étoiles, les Lanmeuriens ont déserté leur propre planète. C’est dans ce contexte que le lecteur atterrit enfin sur Lanmeur, souvent évoquée mais jamais vue. L’occasion de s’intéresser à son histoire et à son système politique avec les Thoréides, souveraines de la planète. Une chronologie située en fin d’ouvrage ravira les amateurs de dates (dont ma personne). Mais on quitte vite Lanmeur pour d’autres lieux.

Un long voyage attend Persval ap Galad dans Les Masques du Réel, chargé de retrouver un étrange artefact. L’occasion de plonger dans l’immensité de l’espace, guidée par une capitaine immortelle métamorphosée par l’apesanteur et les siècles de voyage.

Dans La Terre de promesse, Gald ap Dato part dans un voyage virtuel, vers l’Irgendwo, issu des rêves des annalistes. Le réel et le virtuel finissent par se confondre. Une analogie de ce qui se passe dans la tête du lecteur ?

Les planètes visitées, cadres des précédents ouvrages, ne deviennent ici que des étapes à franchir pour accomplir une quête. Mondes inconnus rêvées ou cauchemardesques, ils abritent les clefs de la compréhension de cet univers.

Avec ce troisième tome, le cycle de Lanmeur prend de l’ampleur pour nous offrir du grand, du très grand roman de SF. Les deux premiers tomes étaient déjà excellents, mais ici la qualité augmente encore et replace tout le cycle dans une autre perspective.

Cet avis a été difficile à écrire, tant le cycle mériterait une analyse plus approfondie. Mais j’espère vous avoir donné l’envie de vous y plonger.

Bonus : Irgendwo en allemand signifie quelque part et n’importe où. Simple coïncidence ? L’auteur sera en dédicace à la librairie Critic à Rennes mercredi après-midi, je lui poserais la question.

Prix Spécial du Grand Prix de l'Imaginaire 2013
Prix Spécial du Grand Prix de l’Imaginaire 2013

Le cycle de Lanmeur Tome 3. Les Rêveurs de l’Irgendwo
Christian Léourier
Editions Ad Astra
2013
19,80€

Publicités

4 thoughts on “Le cycle de Lanmeur Tome 3. Les Rêveurs de l’Irgendwo”

  1. La question ne m’a pas été posée à Rennes mais j’y réponds volontiers ici. Non, ce n’est pas l’effet du hasard : Irgendwo signifie bien n’importe où (c’est-à-dire, dans le contexte, hors de tout lieu, non localisable). J’ai utilisé l’allemand pour trancher avec la cohérence linguistique de l’univers lanmeurien, celtique, pour marquer la distance entre la sphère des Rêveurs et leur création. Indépendamment de sa signification, je trouve ce mot très beau.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s