Débordement sur l’aile et tir dans la lucarne – Pierre Tanguy

débordement-sur-laile-et-tir-dans-la-lucarne-compressorCe qu’en dit la quatrième de couverture

Ce livre n’est pas seulement destiné à ceux que le football passionne. Il entend d’abord montrer que ce sport universel renvoie à l’état d’enfance tout en révélant l’homme à lui-même et à ses passions.
Pour le dire, Pierre Tanguy convoque ses souvenirs de jeune footballeur finistérien et de supporter des « Rouge et Noir » du Stade Rennais. Loin des dérives mercantiles actuelles de ce sport, il témoigne de ses émois d’amateur de ballon rond et appelle dans son « équipe-type » des écrivains qui ont vu dans le football un art et un concentré de vie : Jacques Réda, Georges Haldas, Adolf Rudnicki, Franck Venaille… Il fait sienne la phrase d’Albert Camus, gardien de but du Racing club universitaire d’Alger : « Tout ce que je sais de plus sûr à propos de la morale et des obligations des hommes, c’est au football que je le dois. »

Mon avis

Un livre qui peut plaire à tous. Les amateurs de football y retrouveront des sensations familières et les autres comprendront ce qu’ils peuvent ressentir.
La forme y est sans doute pour beaucoup, avec de courts chapitres constitués d’anecdotes, de souvenirs (la page des sports, la blessure, le terrain, la cour de récréation…). On y sent vite le caractère affectif qui lit l’auteur à ce sport, et ces petits chapitres, tels des instantanés, nous font ressentir l’émotion d’un instant comme s’il datait du jour-même. L’usage de ce type de courts textes, outre son caractère empathique, a aussi comme conséquence de donner une grande qualité poétique au récit. Ni un roman, ni un recueil de poèmes, avec une construction empruntée à son sujet en débutant par le coup d’envoi et terminant par la prolongation, ce livre hybride surprend et charme le lecteur.
C’est aussi un livre qui bien que fort versé dans le registre affectif, reste cependant lucide sur le sujet qu’il traite. Il dénonce ainsi l’argent-roi, le manque de spontanéité et autres maux du sport actuel. Évidemment, on y voit peu les femmes, ce qui n’empêche pas l’auteur d’en parler. Enfin, c’est un livre fort bien référencé, contenant des citations et des références à des auteurs amateurs de football tels que Camus.

Pour conclure, c’est un très beau livre qui vous ramènera à votre propre enfance, à votre propre rapport au football. C’est pour cela qu’il est si difficile d’en parler sans parler de soi, j’ai donc tâché de faire au mieux, mais j’espère vous avoir donné l’envie de découvrir ce récit (et le football)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.