Court Métrange

Court Métrange 2016 – Jour 1

affiche-cm Hier, avait lieu la première journée de l’édition 2016 de Court Métrange ! J’aime beaucoup ce festival qui me sort de ma zone de confort cinématographique une fois l’an et je vous recommande d’y faire un tour dès ce soir !

Avant de vous livrer mon avis sur les deux séances auxquelles j’ai assisté, deux observations :

  • l’ambiance est au rendez-vous !
  • allez réserver vos places si ce n’est pas déjà fait, la billetterie a  été prise d’assaut et dès cet après-midi, la séance de 19h30 était déjà complète.

Qui sommes nous ?

Voilà la question à laquelle la séance de 21h a tenté de répondre. Et d’après les courts-métrages présentés, l’humanité est horrible.

La séance a débuté par le très bon Isabella, qui renouvelle la thématique du portrait et du double de manière intéressante. Il fut suivi de The Pimple, bien mené mais dont je n’ai vraiment pas compris la portée allégorique de la fin (si quelqu’un peut m’expliquer je suis preneuse). La voce était plutôt bon mais souffre de quelques longueurs, c’est bien dommage (surtout qu’il y a dedans l’acteur de la série parodique Le cœur a ses raisons !). The man who caught a mermaid était sympa mais prévisible et Manoman est sympa mais sans plus. Voilà donc une séance qui m’a laissé sur ma faim, je suis curieuse de savoir ce qu’en a pensé le jury.

La vérité est ailleurs

Event Horizon est pour l’instant mon chouchou, alliant science-fiction et nostalgie de l’enfance. Böisé n’a pas su me toucher, malgré une idée intéressante. Mars 3752 était très drôle et un autre de mes chouchous. Un ciel bleu presque parfait était pas mal et même si ce n’était pas mon goût, je l’ai trouvé bien mené. Quand à ce The procedure, il a su faire rire la salle (dont moi j’avoue), mais on se demande ce qui a pu passer dans la tête de celui qui a fait le scénario. La vérité est vraiment ailleurs…

En bref, deux séances sympas, avec trois chouchous et d’autres plutôt bons. Mais pas encore de coup de cœur. Ce soir peut-être ?

 

Court Métrange, Je lis

C’est bientôt la Nuit du Fantastique !

affiche-nuiduf2016

La Nuit du Fantastique est de retour ! Elle aura lieu ce vendredi 30 septembre au Cinéville Colombier de 22h à 6h !

Fou de morses

La soirée commencera avec la comédie horrifique Tusk, réalisé par Justin Long et sorti en 2014. Voici la présentation : « Un célèbre podcaster américain, connu pour ses sujets farfelus, se rend au Canada pour interviewer un vieil homme totalement fasciné par les morses. Leur rencontre va très vite dégénérer… » Je n’ai pas vu le film, mais on nous l’a présenté comme atypique et à ne pas prendre au premier degré, je suis donc très curieuse de voir ça !

Des courts métrages à l’honneur

La Nuit du Fantastique étant le prélude du festival Court-Métrange (dont je vous reparlerai début octobre), on y verra aussi six courts métrages en compétition pour le prix du public !

Cultissimes arachnides

La nuit s’achèvera avec le cultissime Starship Troopers de Paul Verhoeven, sorti en 1997. « Dans un futur lointain, aux confins d’une galaxie inconnue, une armée d’arachnides géants menace l’humanité. Cinq jeunes soldats s’engagent dans l’armée pour combattre ces nouveaux envahisseurs ». Un excellent film, qui sous des dehors bourrins, dévoile une analyse intéressante de la guerre et de la propagande. Donc si vous êtes sur Rennes, vous devez venir voir ce film si vous ne l’avez pas déjà vu ! Si vous l’avez déjà vu… ben revenez le voir !

Vous attendez quoi pour prendre votre place ?

Disponibles en prévente sur le site du Cinéville ou bien à l’accueil du cinéma, les 100 premières places sont à 12€, les autres à 15€. Les films seront diffusés en VOST (oui je sais il y a marqué VF sur le site du Cinéville mais c’est une erreur) et Starship Troopers a été remasterisé.

Entre les films et l’animation, mes amis et moi nous nous étions régalés l’année dernière, donc on y retourne. Et vous ?

Court Métrange, je regarde, Salons et festivals

Court Métrange jour 2

courtmetrange2015 Me voici de retour pour le compte-rendu de cette deuxième soirée du festival Court Métrange !

Petit conseil avant de démarrer ce compte-rendu, si vous voulez venir demain et que vous n’avez pas encore vos billets, je vous recommande d’aller les chercher dans l’après-midi pour être sûr d’avoir des places, car toutes les séances étaient complètes.

19h30 : Pour nous, c’est sûr, ils viennent d’ailleurs

Comme hier, la première séance est consacrée au prix du public, nous avions donc droit de vote !

Moonkup, les noces d’Hémophile a su revisiter avec brio le mythe du vampire. Quelques petites baisses de rythme parfois ce qui était dommage car ce n’était pas loin du coup de coeur.

Deep Space m’a bien fait rire avec cette histoire d’un astronaute qui cherche une espèce intelligente sur une planète très bizarre. Un peu potache, mais divertissant.

J’avoue être totalement passé à côté de Deep Gold, joliment réalisé mais sans intérêt si on n’a pas vu le film auquel il fait référence (L’âge d’or de Bunuel). C’est bien dommage.

Enfin, j’ai revu avec grand plaisir L’ours noir, inspiré d’un guide de conseil aux visiteurs d’un parc naturel canadien. Tout comme lors de la Nuit du Fantastique, la salle était hilare. J’ai voté pour celui-ci.

court métrange jour 2

21h : La séance élevée

Avec une histoire que n’aurait pas renié Lovecraft et une ambiance victorienne, vous vous doutez que The mill at Calder’s end n’a pu que remporter mon adhésion. Très bien animé avec des marionnettes réalistes sans être dérangeantes, il y avait cependant parfois quelques défauts ce qui est bien dommage. Mais vu le niveau, je guetterais avec très grand intérêt les futures réalisations de Kevin Mc Turk.

Dead hearts m’a également beaucoup plu, avec ce côté décalé et cette jolie histoire d’amour d’enfants à la vie, à la mort.

Dans le genre plus « à chute », La momie est un cout-métrange qui j’ai bien apprécié. Des trouvailles très intéressantes.

The karman line a bien failli me faire pleurer, avec cette mère de famille qui s’élève vers le ciel petit à petit et des proches qui essaient d’y faire face. Un très bel hommage à la mère du réalisateur.

22h30 : La nuit des fourmillements

Ghost doll raconte l’histoire d’un mannequin représentant un homme qui a un arbre qui pousse à travers lui, qui semble être soudain animé de vie. Venu du Japon, son traitement est étrange mais très intéressant.

Box room raconte l’histoire d’un ado qui découvre un vagin bizarre qui pousse sur le mur de sa chambre. Je vous laisse deviner la suite. Si l’histoire n’est pas du genre qui m’attire, je l’ai trouvé assez bien traitée.

They will all die in space montre des hommes dans un vaisseau spatial (Tantalus, certains saisiront l’allusion) et leurs tentatives pour le réparer. Très bien réalisé, il explore la face sombre de la nature humaine.

Invaders est un de mes chouchous de cette séance avec deux apprentis cambrioleurs ratés, très amusant.

The herd montre des femmes enfermées pour leur lait. Dès le début, on se doute que ce n’est qu’une métaphore pour parler de l’exploitation des vaches, du coup même s’il est très intéressant et porteur d’un message fort, je ne suis pas certaine de pouvoir vraiment en apprécier la portée artistique. Attention, il peut en perturber plus d’un, quelqu’un a d’ailleurs fait un malaise durant le visionnage.

Enfin, In Passing raconte un rencontre amoureuse totalement improbable, c’est mon autre chouchou de la séance avec son caractère incongru bienvenu pour terminer la soirée.

Pour conclure, je n’aimerais pas être à la place du jury, car cela va être très difficile de choisir !

Une excellente deuxième soirée avec plein de films adorés. Et toujours une très bonne ambiance, le public ne s’y trompe pas et cela fait plaisir de voir tant de monde voir de tels projets atypiques.

J’ai constaté aussi que certains de ces films ont été financé par du crowdfunding, visiblement une bonne manière de faire naître plein de projets inventifs.

Court Métrange, je regarde, Salons et festivals

Court Métrange jour 1

courtmetrange2015De retour de cette première soirée à Court Métrange, je peux d’ors et déjà vous dire que 2015 sera un bon cru !
inauguration court métrange 2015Après avoir récupéré mon accréditation, je me suis naturellement dirigée vers la soirée d’inauguration (et le buffet). J’ai mangé quelques petits fours et de boire du chardonnay (très bon buffet).

Mais je suppose que c’est mon retour sur les séances que vous voulez 😉

19h30 : La planète dessin

La séance était complète et nous étions tous munis de bulletins pour élire notre court métrage préféré. L’ambiance était au rendez-vous. Comme le nom de cette séance le laisse supposer, nous avons pu voir des films d’animations.

La séance a fort bien démarrée avec Les pécheresses, évoquant trois femmes dont Eve qui bravent toutes un interdit. Une réflexion intéressante sur la condition féminine et des marionnettes très bien animées images par images.

Venait ensuite Bendito Machine 5, qui nous racontait comment un explorateur venu de l’espace se retrouve au cœur d’un conflit. Filmé en ombre chinoise, c’est un court métrage très intéressant qui réfléchit sur la violence humaine.

Changement de décor avec Sale gueule, qui se passe dans un phare isolé qui porte bien son nom d’En-Fer. Toujours avec des marionnettes animées, l’ambiance maritime, les mythes bretons et l’hommage aux gueules cassées ont fait qu’il m’a beaucoup plu et c’est d’ailleurs pour celui-ci que j’ai voté.

On passe ensuite dans l’espace avec Forces of Attraction, où une rencontre improbable se produit. Plus léger, mais très bien aussi et des marionnettes bien animées. Je suis fascinée par l’utilisation de ce genre de techniques qui doit demander un temps fou à réaliser.

Dans ton regard évoque lui aussi une gueule cassée et l’impossible retour de la guerre. Un très bel hommage où l’usage du dessin réussit à faire des transitions très intéressantes, montrant à merveille la psyché d’un homme détruit.

L3.0 raconte l’histoire d’un robot qui est bien triste d’être seul. Un dessin animé avec une chute un brin dérangeante mais si bien trouvée.

Enfin, Dans la joie et la bonne humeur dépeint un futur où l’homme serait devenu invincible suite à la fusion avec de l’ADN de méduse. Un brin dérangeant dans son traitement, mais je suis d’accord avec lui sur la tournure que prendrait les événements.

21h : La séance tenante

Toujours aussi remplie que la précédente et toujours dans une aussi bonne ambiance.

Corpus montre une réaction en chaîne avec des organes humains. Où cela mène-t-il ? Très bien animé, il m’a bien plu même s’il ne m’a pas particulièrement marqué.

The substitute montre une enseignante confrontée à une école extrêmement bizarre où les garçons dominent les filles sans que cela dérange les autorités. Bien qu’il soit l’un des plus longs visionnés ce soir (23 minutes), je n’ai pas vu le temps passer, le côté mystérieux et fantastique est fascinant.

Hide and seek revisite les contes de fées en mettant en scène une adolescente opposée à sa belle-mère et une partie de cache-cache angoissante. L’idée est très bien trouvée.

Hybris se pose la question de l’immortalité au travers d’un débat télévisé des années soixante. Très bien mis en scène, la réflexion est intéressante et la conclusion bien amenée.

Parlant d’un homme qui se demande si ce qu’il vit est réel, Sundays m’a épaté par ses effets spéciaux digne des grands films hollywodiens. Je reste un peu frustrée par l’histoire, qui semble avoir beaucoup trop de potentiel pour un si court format et je serai curieuse d’en voir une version longue.

22h30 : La séance Mouvement T

Entangled a très bien démarré cette séance avec une femme qui cherche à comprendre l’expérience qu’a vécu son ami et qui a mal tournée. De la très bonne science-fiction qui n’oublie pas l’aspect humain.

You will fall again montre un homme essayant de s’échapper d’une pièce. Le propos est intéressant, mais ce n’est pas le genre que j’affectionne.

1500 ninos livre le témoignage d’un paysan mexicain qui collectionnait les poupées pour se protéger. Une intéressante curiosité aux portes de la folie.

Teeth raconte l’étrange obsession d’un homme pour les dents. J’en ai eu presque mal aux dents, mais le traitement en dessin animé atténue l’histoire pour la rendre supportable.

Teenland conclue de façon magistrale cette séance et cette soirée avec l’histoire d’une adolescente internée à cause de  ses pouvoirs parapsychiques.

En bref, que du bon et du très très bon ce soir ! J’ai hâte de voir la suite du programme demain !

Si vous êtes à Rennes, je vous recommande d’assister à Court Métrange, ne serait-ce que pour une séance, vous ne le regretterez pas ! On y découvre plein d’œuvres intéressantes et il serait dommage de s’en priver.

Court Métrange, je regarde, Salons et festivals

Court Métrange c’est ce soir !

courtmetrange2015Je vous en avais parlé le mois dernier, voilà enfin le festival Court Métrange !

Il démarre dès ce soir à 19h30 ! Les séances durent toutes environ 1h.

Jeudi :

19h30 : La planète dessin (animation)

21h : La séance tenante

22h30 : La séance mouvement T

Voici la présentation en vidéo des courts-métrages du jour par l’équipe du festival

Vendredi :

19h30 : Pour nous, ils sont d’ailleurs (avec L’Ours Noir que j’ai pu visionné lors de La Nuit du Fantastique et que j’ai beaucoup aimé)

21h : La séance élevée

22h30 : La nuit des fourmillements

La présentation en vidéo

Samedi :

18h : La séance publique

19h30 : Territoires aux styles (avec l’excellent Subotika également vu lors de La Nuit du Fantastique)

21h : Make it Short

22h30 : Carte Blanche Toxic

La présentation

Dimanche :

18h : Projection des films primés

J’espère que vous serez nombreux et nombreuses à venir ! Les courts-métrages sont intéressants et l’ambiance sympathique ! En plus, on pourra voter pour le prix du public.

Infos pratiques :

Au ciné TNB 1 rue Saint-Hélier à Rennes

TP : 6€, TR : 5€, TSortir : 3,50€, Carnet de 5 places à 21€, Pass VIP à 55€