Je lis, Mangas et BDs

Blacksad tome 4: L’Enfer, le silence – Juan Diaz Canales et Juanjo Guarnido

COUV_Blacksad_Enfer_Silence
« Sartre affirme que l’Enfer, c’est les autres. Je veux bien admettre que les autres peuvent nous rendre la vie insupportable, mais ils peuvent aussi être nos compagnons de Paradis. Pour moi, l’Enfer c’est le néant, un endroit sans mes amis, sans musique, sans paroles qui stimulent l’imagination, sans beauté qui exalte les sens… »

Ce quatrième tome nous plonge au cœur de la Nouvelle-Orléans, ce qui lui donne une tonalité plus colorée que les albums précédents. Blacksad est à la recherche d’un musicien talentueux mais hanté par la drogue. Derrière les faux-semblants colorés se cachent beaucoup de noirceur.
Loin de lasser, la série Blacksad surprend à chaque tome avec une intrigue prenante et complexe. Une série que je continuerais à suivre, il faut que je me procure la suite 🙂

Mes billets sur le tome 1, le tome 2 et le tome 3

Je lis, Mangas et BDs

Les 7 vies de l’épervier t.1 La blanche morte – Cothias et Juillard

dsc_0013.jpgAu plus fort de l’hiver, par les bois et par les neiges, une jeune femme s’enfuit. Elle est enceinte, elle est à bout de forces. Et quand elle accouche d’une vie, elle y perd la sienne.
Au même moment, une reine met bas : un dauphin vient au monde…
Dix ans plus tard, Ariane de Troil et le futur Louis XIII sont liés par ces naissances simultanées. Comme leurs destinées sont tissées par le trame de ce récit où rôdent des personnages étranges : l’épervier, insaisissable et mystérieux, une étonnante vieille femme aveugle et des oiseaux rapaces qui tournoyent dans le ciel…
Aventures et histoire : où commence la fiction ? Où s’arrête la réalité ?

Voilà un grand classique de la bande dessinée que je n’avais pas encore pris le temps de lire. Pourtant, il était dans la bibliothèque de mes parents avant même que je sois née.

J’ai beaucoup aimé ce premier tome, qui mêle habilement histoire et fiction. Pour l’instant, j’ai surtout apprécié l’ambiance cape et d’épées et découvert quelques personnages. Les choses se mettent en place et donnent envie de lire la suite pour en savoir plus.

L’ambiance particulière est très bien retranscrite par le dessin, en particulier ceux avec l’étrange vieille femme.

Une excellente découverte, et je m’en vais lire la suite de ce pas !

Je lis, Mangas et BDs

Tyler Cross – Nury et Brüno

tyler-cross
Tyler Cross transporte 17 kilos de came, d’une valeur d’un demi-million à la revente au détail.
Et il a exactement 21 dollars et 80 cents en poche.
Il note l’ironie de la chose et se met en marche.

Tyler Cross nous plonge dans une ambiance de roman noir très intéressante, dans une petite ville texane dominée par une famille. Le récit explique comment les Pragg ont mis sous leur coupe Black Rock. Loin d’être un justicier solitaire, Tyler Cross est un truand qui ne tenait pas à se mêler des affaires des Pragg…
J’ai particulièrement apprécié dans ce récit les changements de point de vue, lui donnant ainsi plus de force.
Le dessin de Brüno sert à merveille le récit en lui donnant un cachet ancré dans les années quarante mais aussi très sobre et multipliant les cadrages audacieux. La force du dessin est renforcée par le peu de texte present.
En bref, voici une bande dessinée intéressante qui ravira les amateurs du genre et je suis ravie d’être tombée par hasard dessus durant une soirée de baby-sitting !

Je lis, Mangas et BDs

Narcisse 1- Mémoires d’outre-tombe – Chanouga

narcisseRacontant la véritable histoire de Narcisse, un jeune mousse vendéen, voici une BD à offrir à offrir aux amateurs de récit de voyages !

« On m’a souvent dit que si j’avais marché dans les pas de mon père, tout cela ne me serait jamais arrivé…
Mais c’est un fait, c’était en moi, rien au monde n’aurait pu me faire changer d’avis..
J’étais fait pour être marin.
De ce qui m’est arrivé, moi Narcisse P., je n’ai aucun regret… pour ce qui est d’Amglo, c’est une autre histoire. »

Découvert lors d’une exposition au festival Étonnants Voyageurs, j’avais offert la BD à Xian pour son anniversaire (son avis là). J’ai profité de garder son chat pour enfin la lire.
L’histoire n’en est ici qu’à ses débuts et on nous présente le jeune Narcisse qui embarque comme mousse à 12 ans. L’appel du large sera plus fort que la volonté familiale et la cruauté des hommes. Raconté à la première personne et de manière rétrospective, le récit ne nous épargne rien et offre un intéressant témoignage. Le dessin retranscrit à merveille l’ambiance des voyages de Narcisse. L’ensemble semble fort bien documenté.
J’ai donc hâte de découvrir la suite de cette aventure, car ce qui s’annonce promet d’être palpitant !
Pour en savoir plus sur l’histoire de Narcisse, cliquez ici

Halloween, Littératures de l'imaginaire, Mangas et BDs

Le jeune Lovecraft tome 1 – José Oliver et Bartolo Torres

le-jeune-lovecraft-couvCe qu’en dit la quatrième de couverture :
« Écrivain, misanthrope, amant des chats et lecteur compulsif, Howard Phillips Lovecraft est le génie de la littérature de terreur qui nous a légué le cycle des mythes de Cthulhu et qui a changé à jamais la notion du genre… Mais avant de devenir un auteur culte, Lovecraft vit une enfance et une jeunesse magiques. C’est dans ce monde qu’il puise les idées qui l’aideront, une fois adulte, à créer toute la cosmogonie qui lui est propre. »
Mon avis :

Au cas où vous ne l’auriez pas compris, je compte vous parler de Lovecraft durant tout le mois. Aujourd’hui, voyons la bande dessinée sur son enfance que j’adore !
Sous forme de strips, les espagnols José Oliver et Bartolo Torres ont reconstitué l’enfance d’Howard Phillips Lovecraft . Dans cette biographie qui est très loin de la réalité (enfin j’espère), le petit Howard commence à se familiariser avec l’univers qu’il mettra en scène dans ses nouvelles.
Qui dit petit Howard, dit problèmes d’enfants. Ainsi le pauvre petit se fait racketter à la récréation. Pour résoudre ce problème, il cherche à invoquer une créature. Évidemment, dans ces strips à visée comique, rien ne se passe comme prévu… Dans le même ordre d’idées, on trouve au programme de ce premier tome entre autres créatures une goule, l’oeil de Rammenoth (et son propriétaire) ou bien encore le fantôme d’Edgar Allan Poe. Au fur et à mesure des histoires, certains personnages deviennent récurrents, ce qui ajoute au caractère addictif de cet ouvrage.
Entre les histoires du petit Howard et de sa bande, les auteurs se sont amusés à réécrire en quelques dessins des classiques de la littéraire vus à travers le prisme de l’univers lovecraftien, ce qui donne des résultats plutôt cocasses.
L’humour de cet ouvrage est, vous vous en doutez, un peu grinçant et pourrait ne pas plaire à tout le monde. Cependant, si vous aimez Calvin et Hobbes ou bien encore Peanuts, je suis quasiment certaine que vous apprécierez les histoires racontées dans le jeune Lovecraft.
Le dessin se situe lui aussi dans la lignée du comic strip américain, il y a par exemple peu de décors. L’essentiel du dessin est en noir et blanc, parfois rehaussé de couleurs comme le rouge.
Enfin, même si cette bande dessinée est truffée d’allusions à tout l’univers littéraire de Lovecraft, il peut être apprécié de tous, même de ceux qui n’ont jamais lu cet auteur (j’ai testé sur une amie héhéhé). Il peut même être une bonne introduction à ce monde étrange qui fait souvent un peu peur aux néophytes. Les fans apprécieront quand à eux de retrouver des personnages connus de l’univers de Lovecraft dans des situations amusantes.
En bref, Le jeune Lovecraft est une chouette bande dessinée que je vous recommande absolument, que vous soyez fan ou Lovecraft ou non.

logo halloween

Je lis, Mangas et BDs

Blacksad tome 2: Artic Nation – Juan Diaz Canales et Juanjo Guarnido

blacksad,-tome-2---arctic-nation-80614Ce qu’en dit la quatrième de couverture :
 » De toute évidence, ma tête ne plaisait guère aux gens du quartier… J’avais cependant l’intention de continuer à la montrer. Du moins jusqu’à ce que je retrouve l’enfant… »

Mon avis :
Dans ce deuxième tome, Blacksad enquête sur la disparition d’une jeune fille dans un quartier divisé par les tensions entre les gens de différentes couleurs.
Outre toutes les qualités relevées dans le tome 1, les auteurs traitent ici avec beaucoup de talent de la question du racisme. La déplacer sur la couleur du pelage des animaux rend la réflexion encore plus intéressante. Loin d’une simple division entre gentils et méchants, cette histoire donne à voir des personnages complexes et intéressants.
En conclusion, voici un tome deux au top où la réflexion est intéressante et une série qui gagne en intérêt.

Je lis, Mangas et BDs

Civil War – Mark Millar et Steve McNiven

civil-war-1-cover
Couverture de l’édition américaine, j’ai lu l’édition française intégrale

Ce qu’en dit la quatrième de couverture :
« L’univers Marvel est en train de changer. Suite à une terrible tragédie, le Congrès des Etats-unis propose que les surhumains dévoilent leur identité officielle en se démasquant devant les membres du gouvernement. Les plus grands champions de la nation sont divisés. Ils doivent prendre chacun cette décision en leur âme et conscience, une décision qui pourrait bouleverser à jamais le cours de leur existence. »
Mon avis :
Rentrer dans l’univers de Civil War ne fut pas simple pour une inculte comme moi, car beaucoup de personnages sont présents et tous ont des antécédents qui sont évoqués dans ce comics. Les 4 épisodes des New Avengers donnent particulièrement l’impression de débarquer en plein milieu de l’histoire. J’ai davantage préféré la série Civil War dont on sent davantage l’unité. Cependant, si l’on arrive à faire abstraction de cela, l’histoire est très intéressante. Loin du manichéisme habituel des super-héros combattant les super-vilains, Civil War pose des problématiques intéressantes. Faut-il encadrer au point de perdre sa liberté ? C’est une question qui ressort régulièrement dans les débats, et tout au long de l’histoire des États-Unis. Ce conflit qui oppose d’anciens amis, qui ont chacun des arguments pertinents, nous fait nous sentir un peu mal à l’aise. Qu’aurions-nous fait à leur place ?
J’ai beaucoup apprécié le dessin de Steve Mc Niven, qui retranscrit à merveille le caractère sombre de cette guerre civile.

Je suis curieuse de voir comment cela va être transposé au cinéma

Je lis, Mangas et BDs

Blacksad: Quelque part entre les ombres – Juan Diaz Gimenez et Juanjo Guarnido

blacksad01 Ce qu’en dit la quatrième de couverture :
 » Parfois, quand j’entre dans mon bureau, j’ai l’impression de marcher dans les ruines d’une ancienne civilisation. Non à cause du désordre qui y règne, mais parce que certainement cela ressemble aux vestiges de l’être civilisé que je fus jadis »
Mon avis :
Cela faisait fort longtemps que j’avais envie de découvrir cette bande dessinée et je n’ai pas été déçue.
Ce premier tome de Blacksad est un petit bijou d’ambiance sombre, où un détective enquête sur le meurtre d’une femme qu’il a aimé.
Si le sujet peut sembler classique, le traitement en est excellent. L’idée d’utiliser des animaux comme personnages rend très bien, le dessinateur a réussi à mélanger des traits animaux et des expressions faciales humaines sans que cela ne devienne dérangeant pour le lecteur. Leur nature animale correspond aux caractères des personnages et est rappelée de manière très pertinente dans les dialogues.
Ainsi, un personnage chien dira:  » ces salauds savent bien comment me museler… si je puis me permettre. »
Le dessin est par ailleurs excellent, le choix des couleurs colle parfaitement à l’ambiance.
Comme vous pouvez le constater au travers de l’extrait situé en quatrième de couverture et de celui juste au dessus, les dialogues sont percutants, et n’a rien à envier aux grands romans noirs.

Si vous êtes amateur de roman noir et que vous ne connaissez pas encore Blacksad, vous devez absolument découvrir cette bande dessinée !

Je lis, Littérature française, Mangas et BDs

Les vieux fourneaux tome 2: Bonny and Pierrot – Lupano et Cauuet

Bonny_and_Pierrot_Les_Vieux_Fourneaux_tome_2Ce qu’en dit la quatrième de couverture :
« Bien sûr que si, vous en avez des baguettes ! Bien sûr que si ! Allez vous faire voir, avec vos transcendantales à la farine de meule et vos prolégomènes à l’ancienne et tous vos noms à la mords-moi le fion !!! J’irai chercher mon pain ailleurs ! »
Mon avis :
Commençons par le fait que je suis bien d’accord avec cette histoire de noms de pains, dès que je change de boulangerie il faut que je retienne des noms de pains invraisemblables.
Mais revenons à ce deuxième tome des vieux fourneaux, où l’on voit les vieux activistes en action ! J’ai bien ri à la lecture de leurs attentats gériatriques ! Voilà une bande dessinée qui sait réconcilier les générations entre elles, l’exemple du viajeune est très intéressant sous couvert d’amusement. La bande dessinée se permet même une parenthèse ecolo à la fin.
Les personnages sont toujours aussi formidables et on est ravi de les retrouver ! J’apprécie toujours autant le dessin, on a rarement aussi bien dessiné des personnages âgées.
Un deuxième tome à l’humour aussi savoureux que le précédent, vivement la suite !

Je lis, Mangas et BDs

Blacksad tome 3: Âme rouge -Juan Diaz Canales et Juanjo Guarnido

blacksad-tome-3-ame-rougeCe qu’en dit la quatrième de couverture :
« Je restais plus d’une heure à observer en silence avant d’ouvrir la bouche et de rompre cet instant magique de création. Cet être à la santé fragile se transformait en tornade quand il sentait dans sa main le contact d’un pinceau et l’odeur de peinture lui collant au museau ».
Mon avis :
Les enquêtes de Blacksad se suivent mais ne se ressemblent pas. Cette fois-ci il est confronté à la chasse aux communistes menée par le sénateur Gallo (un coq bien entendu). Sans répéter ce que j’ai écrit au sujet des tomes et 2, je trouve que cette série sait se renouveler à chaque tome tout en restant dans la continuité des intrigues précédentes avec par exemple des personnages récurrents. Le personnage de Blacksad s’étoffe et devient de plus en plus intéressant.
Voilà une série qui sait se renouveler et choisit des sujets très intéressants à traiter.