Classiques anglais, Crimes et policiers

La mort n’est pas une fin – Agatha Christie

DSC_0354

Pourquoi ce livre :

Acheté par hasard lors d’un vide-grenier en septembre dernier, j’ai eu envie de sortir ce livre de ma PAL pour cet été.

Ce qu’en dit la quatrième de couverture :

 » Elle est bien belle, la concubine qu’Imhotep a ramenée de son voyage dans le nord. Mais elle qu’une étrangère, et on ne l’aime pas. D’ailleurs, depuis qu’elle a ensorcelé le maître, rien ne va plus au domaine. Et ce démon va finir par décider de tout si l’on n’y prend pas garde. Il faut agir avant qu’il ne soit trop tard.

Si elle venait à disparaître, le coeur d’Imhotep retournerait à ses fils. Il suffirait d’écraser le serpent, et tout redeviendrait comme avant.

Est-ce bien certain ? Le mal vient-il seulement de l’étrangère ? On dirait qu’un poison intérieur ronge aussi la maison du maître… »

Mon avis :

Il y a des auteurs qui arrivent toujours à nous bluffer, Agatha Christie est de ceux-là. Au début j’étais plutôt dubitative, allais-je aimer un livre qui se passe en Egypte Ancienne et d’où sont absents nos détectives préférés ?

Pourtant, une fois passée les premières pages et le temps de s’acclimater à cette atmosphère égyptienne, on sent vite qu’on se retrouve dans un Agatha Christie, un roman où les gens ne sont pas ce qu’on croit qu’ils sont et où personne n’est insoupçonnable…

L’auteur a su utiliser à merveille ses connaissances sur cette période pour nous servir un roman historique digne de ce nom. Les titres de chapitres sont des dates « à l’égyptienne » : on commence le 20e jour du deuxième mois de l’inondation et on termine le 17e jour du deuxième mois de l’été. Les rites religieux de l’époque sont également bien retranscrits et on sent qu’Agatha Christie a été l’épouse du professeur Max Mallowan et qu’elle l’accompagnait régulièrement en voyage.

Tout cela contribue à créer une ambiance originale et propice à l’élaboration d’une intrigue criminelle très intéressante. Ici pas de police, pas de détective, juste une famille qui essaie de comprendre ce qui lui arrive. Tout le monde peut être le coupable, on se met vite à élaborer toutes les hypothèses possibles en même tant que les personnages, et bien sûr on se fait avoir quand même en ne devinant rien avant la révélation finale.

En bref : du grand Agatha Christie à la sauce égyptienne !

Publicités