Crimes et policiers

La cité des jarres – Arnaldur Indriason

Pourquoi ce livre ?

Cadeaux des copines il y a quelques mois (merci encore les filles !!!! ), je l’ai lu au mois de juin mais je n’en avais pas encore fait le billet (si vous saviez le nombre de billets que j’ai à faire…). L’occasion d’une LC avec Miss Léo m’a enfin permis de vous en parler.

Le billet de Miss Léo est à lire ici (avec de belles photos de l’Islande en prime !).

La 4e de couverture

Un nouveau cadavre est retrouvé à Reykjavik. L’inspecteur Erlendur est de mauvaise humeur : encore un de ces mertres typiquement islandais, un « truc bête et méchant » qui fait perdre son temps à la police… Des photos pornographiques retrouvées chez la victime révèlent une affaire vieille de quarante ans. Et le conduisent tout droit à la « cité des Jarres », une abominable collection de bocaux renfermant des organes…

Mon avis

C’était la première fois que je lisais un livre islandais et ma première incursion a été très positive ! C’était également la première fois depuis très longtemps que je lisais un policier « contemporain », ce livre a donc été une double découverte !

J’ai adoré le style clair et assez addictif, les descriptions précises sans être trop glauques, les révélations au fur à mesure de l’enquête. J’ai également apprécié le fait que l’on apprenne à connaître Erlendur, un personnage complexe et attachant que j’aurais plaisir à retrouver dans les autres tomes de la série.

Ce que j’ai particulièrement apprécié par rapport à un autre roman policier, c’est son caractère typiquement islandais. On pourrait croire que le roman policier est un genre assez codé et standardisé, mais ici on se rend bien compte que cette enquête n’aurait pas être autre qu’islandaise. Ainsi, comme on peut le lire sur la quatrième de couverture, on pense au début que le meurtre est un « truc bête et méchant » typiquement islandais. De plus, on se rend compte quand ils examinent les registres anciens que l’Islande est très peu peuplé ! Il aurait été difficile de mener l’enquête de la même manière en France, cela aurait pris beaucoup plus de temps.

Même s’il m’a fallu m’habituer un peu au style que je suppose propre au roman policier contemporain, j’ai adoré lire ce roman et découvrir la solution de l’énigme. Je serais donc ravie de retrouver Erlendur dans une autre enquête !

 

Du côté des challenges