Sans Âme – Gail Carriger

DSC_0311

Pourquoi ce livre ?

Quand on s’occupe du challenge victorien, il y a des titres de romans que l’on voit souvent. Sans Âme est de ceux-là. J’ai profité du fait que Gail Carriger soit à Saint-Malo pour enfin me procurer ce livre.

Pour ceux qui font la lecture commune victorienne, laissez-moi vos liens en commentaires de ce billet pour que je puisse le compléter.

Vos beaux billets victoriens : Nathalie a lu Voyage avec un âne dans les Cévennes, Sharon a lu Montmorency : au coeur du complot et Hilde a lu Le fantôme de Canterville. Merci les filles !!!

 

Ce qu’en dit la quatrième de couverture :

 » Miss Alexia Tarabotti doit composer avec quelques contraintes sociales. Primo, elle n’a pas d’âme. Deuzio, elle est toujours célibataire. Tertio, elle vient de se faire grossièrement attaquer par un vampire qui ne lui avait même pas été présenté ! Que faire ? Rien de bien, apparemment, car Alexia tue accidentellement le vampire. Lord Maccon – beau et compliqué, écossais et loup-garou – est envoyé par la Reine Victoria pour démêler l’affaire. Des vampires indésirables s’en mêlent, d’autres disparaissent, et tout le monde pense qu’Alexia est responsable. Mais que se trame-t-il réellement dans la bonne société victorienne ? »

Mon avis :

Je suis ressortie ravie de ma lecture, ayant besoin d’un livre léger, et celui-ci a parfaitement rempli son office. On sent que l’auteur en a rajouté volontairement pour amuser son lecteur. Ainsi le contraste entre la pruderie toute victorienne d’Alexia et ce qui se passe entre elle et Lord Maccon est très divertissante. Je ne suis pas une grande fan de romance, mais celle-ci a su trouver le ton juste, sans trop d’atermoiements inutiles, pour me satisfaire.

Evidemment, l’univers décrit m’a également beaucoup plu où la bonne société victorienne a complètement intégré le concept de surnaturel et où les vampires et les loups-garous côtoient les humains sans trop de heurts. J’ai ainsi apprécié la manière dont les caractéristiques surnaturelles ont été mises en avant, le danger qu’ils peuvent représenter n’est pas atténué. Le concept d’Alexia la paranaturelle sans âme est une bonne trouvaille dont je vous laisse le plaisir de découvrir tous les tenants et les aboutissants. J’ai d’ailleurs hâte de voir comment toutes ces bonnes idées vont pouvoir être développées dans les tomes suivants.

Le personnage d’Alexia, au caractère rebelle tout en restant d’une grande élégance, m’a beaucoup plu. C’est une femme autonome, « une femelle Alpha » comme dirait Lord Maccon, qui sait se débrouiller toute seule dans une société où il est difficile pour une femme d’exister en tant qu’individu doué de raison. On s’amuse de ses fugues nocturnes, de sa pruderie, de ses amis, de ses réactions. Lord Maccon est un personnage masculin qui forme un excellent tandem avec Alexia, aussi caractériel qu’elle, et des caractéristiques de loup-garou bien développées pour servir l’histoire.

L’écriture, simple et sans prétention, permet une lecture agréable et rapide.

En quelques mots : si vous voulez une lecture qui ne prenne pas la tête, mais qui reste de qualité et sans niaiseries inutiles, je vous recommande la lecture de Sans Âme !

Du côté des challenges

logo challenge victorien