Littératures de l'imaginaire

Le démon du vitrail – Helen Grant

 

 

Pourquoi ce livre ?

Parce que mon parrain me l’a prêté

 

De quoi ça parle ?

Un extrait de la quatrième de couverture : « Lin a dix-sept ans. Son père, un universitaire anglais, décide de s’installer avec sa famille dans un village allemand pour mener des recherches : retrouver les célèbres vitraux médiévaux d’Allerheiligen. Selon la légende, quiconque s’en approche serait condamné à mort. Et c’est Lin qui découvre le premier corps, entouré de verre brisé…

Bientôt, les cadavres s’accumulent. Aidé par son jeune voisin, Lin veut éclaircir ce mystère avant que la mort ne frappe de nouveau. Mais pourra-t-elle arrêter la malédiction ? »

 

Qu’est-ce que j’en pense ?

J’ai passé un très bon moment en compagnie de ce livre. Tout d’abord, l’intrigue et le cadre sont assez originaux, c’est la première fois que j’entends parler d’un démon hantant les vitraux. Il y a beaucoup de suspense, car même si l’on sait dès le début du roman que cela ne finira pas en happy end, le mystère reste entier et oscille sans cesse entre réel et fantastique, humain ou démon. Dans le même ordre d’idées, je trouve que c’est une bonne idée d’avoir choisi pour cadre l’Allemagne, finalement peu présente dans la littérature fantastique. Ce village un peu étrange où tout le monde a quelque chose à cacher ajoute à l’atmosphère étrange et un brin étouffante à la manière d’un huis-clos.

Ce sentiment de huis-clos s’accentue avec la demeure où s’installent Lin et sa famille. Dominés par un père chercheur obsédé par la recherche de la gloire, les autres membres de la famille sont en position passive, obligés de subir les agressions du monde extérieur hostile.

Seul Lin se rebelle un peu, aidée par son voisin Michel, elle sent dès le début que rien n’est normal et que quelque chose se trame. C’est elle qui nous raconte le récit quelques mois après les faits ce qui accentue le sentiment d’empathie que l’on a avec elle. Le fait qu’elle ait dix-sept ans ne m’a pas dérangé car Lin est très attachante et ses réactions sont tout à fait compréhensibles.

L’auteur a visiblement fait des recherches sur le sujet et on sent qu’elle a vécu en Allemagne car les faits, l’ambiance et les descriptions sont tout à fait réalistes. Son style est simple et est très agréable à lire, le livre se dévore en quelques heures.

 

En une phrase

Une belle découverte d’un roman bien agréable !

Publicités