Goodbye Billy – Laurent Whale

Roman Thriller Goodbye Billy Laurent WhaleAlors qu’Étonnants Voyageurs se prépare, j’ai eu envie de vous parler d’un livre que j’avais beaucoup apprécié il y a quelques temps déjà, mais dont je ne vous avais parlé. Puisque le tome 2 va sortir cette semaine et que l’auteur sera en dédicace à Saint-Malo, il faut absolument que je vous parle de Goodbye Billy !

Ce qu’en dit la quatrième de couverture

« Si Dieu a créé les hommes, Samuel Colt les a rendus égaux. »

14 juillet 1881, Old Fort Sumner. Lorsque la nuit tombe sur ce coin perdu du Nouveau-Mexique, l’Ouest américain ne le sait pas encore, mais on va l’amputer d’une légende. Tapi dans l’ombre, Billy the Kid attend son heure. Dans quelques secondes, ses actes changeront à jamais le cours de l’Histoire.

Décembre 2012, Washington, bibliothèque du Congrès. Un archiviste examine un exemplaire du Miami Chronicle daté de 1934. Soudain, une photo retient son attention : les revenants existeraient-ils ?

Tandis que les sbires d’un candidat à la présidence suppriment les dossiers compromettants de leur employeur, un groupe d’historiens de choc, dirigé par Richard Benton, se met en quête de la vérité. Quel lien unit donc un jeune hors-la-loi du XIXe siècle à un requin politique de l’ère spatiale ?

Dick Benton et son équipe feront l’impossible pour le savoir.

Mon avis
Goodbye Billy introduit toute une équipe d’archivistes nommés les Rats de Poussière. Chargés de dénicher les secrets les plus embarrassants de l’histoire américaine, ils se trouvent confrontés à des gens déterminés à ne pas les laisser faire. S’ensuit une course poursuite haletante avec beaucoup de rebondissements et de très bonnes scènes d’action.
Un rythme rapide, mais qui laisse quand même le temps de s’intéresser aux personnages de l’équipe. Loin d’être simplifiés à leurs fonctions, ils se dévoilent et finissent par être plus complexes qu’on aurait pu le croire. Cela est un excellent présage pour la suite de la série.
De plus, en tant qu’ancienne étudiante en histoire j’ai apprécié que cette discipline soit autant valorisée dans un livre sans tomber dans les clichés habituels des historiens.
J’aurais aimé apprécier davantage les passages concernant Billy the kid mais je ne connaissais pas assez l’homme et son histoire pour pouvoir le faire à sa juste valeur. Reste les belles descriptions de l’Ouest sauvage et de duels épiques qui plairont aux amateurs de western tels que moi.

Pour conclure, voici un très bon thriller historique dont j’ai hâte de découvrir la suite !

D’autres avis chez : Le dévoreur de livres, Un papillon dans la lune

Les pilleurs d’âmes – Laurent Whale

pilleur2

Pourquoi ce livre ?

L’an dernier au festival Rue des Livres de Rennes (que je vous recommande au passage), j’ai découvert ce livre, et attirée par la couverture (photo prise sur le site des éditions Ad Astra) et le thème (pirates + SF, que demande le peuple ?), j’ai donc acheté ce livre et je profite de la quinzaine de l’imaginaire pour vous en parler.

logo 15aine imaginaire

D’autres personnes ont participé à cette quinzaine de l’imaginaire : Syl a publié un billet sur Rivage Mortel, Naëlline a parlé du tome 1 de Tara Duncan et du tome 3 de Seuls, Fondantauchocolat a lu Peur Express et Laure Le Testament d’un enfant mort. Merci beaucoup pour vos participations !!!!

Ce qu’en dit la quatrième de couverture :

« Suivez les pas de Yoran le Goff dans ce trépidant roman d’aventures où espionnage intergalactique se mêle à la flibuste du XVII° siècle et à ses marins gouailleurs ! »

Mon avis :

A l’abordaaaage !!! Bon je me calme, c’est juste que quand je lis un bon bouquin de pirates, j’ai toujours un peu cinq ans dans ma tête et une grosse tendance à vouloir prendre la mer juste après. Mais qu’on se le dise, ce bouquin n’est pas pour les gosses, loin de là.

J’ai d’ailleurs apprécié que l’auteur ne tombe pas dans le travers de faire une histoire de pirates « allégée ». Ici, les pirates sont désagréables, gouailleurs et absolument infréquentables (surtout quand on est une femme hum hum). Cela rend le récit du coup beaucoup plus réaliste et nous permet de nous mettre un peu à la place de Yoran Le Goff qui débarque là-dedans et doit s’intégrer à ce monde qui lui est étranger. Car vous l’avez subrepticement vu au détour de la quatrième de couverture, ce livre n’est pas juste un récit de pirates, c’est aussi un récit de science-fiction.

Il en va du mélange des genres en littérature comme du mariage entre deux personnes très différentes : cela peut exploser en plein vol et ne pas être beau à voir, mais quand cela marche ça vaut le détour et donne de beaux enfants. Ici, nous sommes dans le deuxième cas, tout simplement parce que l’auteur maîtrise très bien les deux genres. Si l’on ne connaît pas ses livres précédents, on serait d’ailleurs bien en peine de dire quel est son genre de prédilection. Mais outre la maîtrise de ces deux genres, l’ouvrage se démarque positivement en ne perdant pas son lecteur en cours de route. Ici, nous comprenons très vite que galions et vaisseaux spatiaux vont se côtoyer, et l’on passe de l’un à l’autre sans difficulté.

La compréhension nous est d’ailleurs encore plus facilitée par la présence d’un lexique à la fin du livre qui mêle les mots créés par l’auteur aux mots historiques dont il est toujours utile de rappeler la définition (sauf si vous êtes vous-même un pirate bien entendu, mais je doute que des pirates lisent mon blog).

Ajoutez à cela un récit au style dynamique, qui ne se lâche pas facilement en cours de route (moi je n’ai pas réussi à le lâcher avant la fin) et vous comprendrez que je vous encourage à lire ce livre ou bien vous subirez le supplice de la grande cale.

En bref : vous aimez les pirates ? vous aimez la science-fiction tendance space opera ? vous aimez les bonnes histoires ? ce livre est fait pour vous