Littérature française

Les mouchoirs rouges de Cholet – Michel Ragon

Pourquoi ce livre ?

A la suite de notre ronde organisé par Jeneen, Argali a lu le livre breton que je lui ai prêté (son avis ici), Asphodèle a lu un livre belge que lui a passé Argali (mais elle passe son tour ici) et j’ai lu un livre vendéen envoyé par Asphodèle. Merci à Asphodèle pour le prêt !!!

Cet avis est assez court car il me sert aussi à postuler pour un emploi de rédactrice en freelance où la limite de 200 mots était imposé. Mais ne vous inquiétez pas, je ferais bientôt des avis plus fournis !

 

Mon avis :

« Il était une fois un chêne ». C’est par ces mots que débute le livre Les mouchoirs rouges de Cholet à travers le récit de la vie de Dochâgne, réchappé des Colonnes Infernales de 1796. Le bocage vendéen est ravagé, les veuves et les orphelins sont légions, les hommes valides beaucoup moins. Que faire alors ? Reconstruire, replanter, se remarier, tout recommencer à zéro. Et c’est ainsi que dans Les mouchoirs rouges de Cholet, à travers la vie de Dochâgne et de ses voisins, que la petite histoire se mêle à la Grande Histoire et les récits de contes et légendes aux faits historiques. Les mouchoirs rouges de Cholet, à la fois roman et témoignage historique et ethnographique, ne laisse pas indifférent. On y découvre un pan assez méconnu de l’Histoire de France, et l’on s’indigne du sort réservé à ces « brigands et aristocrates », ballotés entre le Roi et la République. Les Vendéens apprécieront l’hommage rendu par l’auteur à ces hommes et ces femmes qui ne baissent jamais les bras et les autres ne pourront qu’aimer la lecture du livre Les mouchoirs rouges de Cholet.

Publicités