Littérature française

Le chat – Georges Simenon

Pourquoi ce livre ?

Ce livre vient d’Argali, qui l’a passé à Asphodèle, et qui maintenant est chez moi dans le cadre de notre ronde Bretagne-Belgique-Vendée ! Pour la prochaine ronde, Asphodèle cède la place à Syl et à la région Centre !

Ce qu’en dit la quatrième de couverture :

 » Tempête sous un crâne… Emile Bouin est certain que sa femme a empoisonné Joseph, le chat. Marguerite n’avait jamais aimé le chat. Elle s’était choisi un perroquet. Le perroquet ne perd rien pour attendre. La guerre est déclarée, en silence, ponctuée de méchants petits billets puisqu’ils ne s’adressent plus la parole. La haine sépare-t-elle les vieux époux, remariés sur le tard, ou les unit-elle ? Ils ruminent chacun leur rancune tenace, qui les conduit dans un tunnel fait de jours sombres et égaux, d’une écrasante monotonie. Tout enthousiasme devant la vie a disparu pour faire place à la méfiance réciproque. Comment en sortir ? Et comment faire durer les reproches ? Simenon porte à la perfection son art du « roman gris ». Et vrai. »

Mon avis :

Voilà un livre très étrange, pour moi qui n’ai pas l’habitude de lire de telles histoires. Le « roman gris » évoqué sur la quatrième de couverture qualifie tout à fait cette ambiance étrange dans la maison des époux Bouin. Petit à petit, par des détails de la vie quotidienne, des souvenirs, on s’immisce dans leur quotidien où la haine de l’autre est le seul moteur, la seule occupation. Mais est-ce seulement de la haine de l’autre ? Ce dernier n’est-il pas en fait le reflet de son conjoint avec les mêmes travers ? Est-ce aussi une manière de ne pas être seul ? Simenon pose toutes ces questions et bien d’autres avec un roman finement ciselé où l’histoire évolue progressivement et nous donne davantage de connaissances sur les époux Bouin, mais aussi sur toutes ces lâchetés dont sont capables les êtres humains. Une ambiance lourde, mais qui m’a cependant happée et m’a fait terminée cette histoire dans la journée. Il faut dire que ce n’est pas un roman dans lequel on a envie de rester des jours et des jours, contrairement à d’autres. Mais en 158 pages, il est aisé de le terminer rapidement. Sur un format aussi court, l’auteur ne fait pas dans la fioriture et nous brosse un portrait, qui bien que fictif, renvoie certainement à une réalité pour certaines personnes.

Il en est des romans et des personnages qui vous hanteront très longtemps. Le chat et les époux Bouin sont de ceux-là. Alors un grand merci à Argali pour la découverte de ce livre, mais aussi de cet auteur avec qui j’ai hâte de faire plus ample connaissance au travers de ses romans policiers.

Les billets de mes comparses de ronde : Argali et Asphodèle

Du côté des challenges :

 

Publicités

14 thoughts on “Le chat – Georges Simenon”

    1. j’ai vu le résumé du film, ce dernier me semble plus lourd que le film parce qu’ils ont changé pas mal de choses. Mais d’avoir vu le film n’a pas du t’aider dans ta lecture non?

  1. Dis, euh… ça fait lontemps que Simenon est mort, or mon challenge concerne les romans contemporains… j’en ai refusé d’autres (genre Agatha Christie) donc je vais être équitable et je ne note pas celui-ci non plus dans le challenge. Désolée de ne pas l’avoir dit tout de suite, je suis fatiguée !

  2. Je suis contente de t’avoir fait découvrir cet auteur et en plus que tu ais aimé l’histoire. J’ai choisi un second livre plus léger et très différent. Il devrait vous plaire, du moins, je l’espère… Bon week-end.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s