Utopiales 2016 : rattrapage de conférences

utopiales2016Tous ceux qui se sont déjà rendus aux Utopiales le savent : on ne peut pas tout voir tant il y a de choses à faire. Entre les expositions, les dédicaces, les films, les jeux, le blablatage et trois conférences par heure, vous manquez forcément des choses.

 

Bref, les conférences sont en lignes grâce à ActuSF et c’est parfait à écouter sur le chemin du travail, un peu comme si vous vous retrouviez d’un coup en plein festival !

Les MP3 sont à télécharger ici

(c’est le site d’actuSF, tapez ensuite Utopiales 2016 dans la barre de recherche et regardez dans les résultats Livres)

(sinon le blog passe en mode Noël ce mois-ci, j’espère que ça vous plaît)

Weekend à 1000 (novembre 2016)

week-end à 1000 14

C’est le retour du weekend à 1000 ! Le weekend sera chargé mais je ne peux pas résister à ce rendez-vous trimestriel qui consiste à lire 1000 pages entre aujourd’hui 19h et dimanche minuit.

Comme d’habitude, ce billet sera actualisé de temps en temps.

19h30 : Je commence ce weekend à la page 130 de La Résurrection du Dragon de Romain d’Huissier, qui se lit avec grand plaisir. Je ne vais pas lire beaucoup ce soir puisque j’ai des invités dans 30 minutes, mais ce sera déjà ça !

Dimanche 22h : Ratage total, mais j’ai passé un excellent weekend malgré un rhume qui m’a empêché de lire durant les quelques moments de libre que j’avais. J’en suis à la page 296 de la Résurrection du dragon, et j’ai lu les 76 pages du tome 4 des Carnets de Cerise. Je vais terminer tranquillement la Résurrection du dragon (qui est trop bien pour être lu en diagonale), puis j’enchaînerais avec des bandes dessinées jusqu’à minuit.

Les mots entre mes mains -Guinevere Glasfurd #MRL2016

glasfurdHelena Jans van der Strom n’est pas une servante comme les autres. Quand elle arrive à Amsterdam pour travailler chez un libraire anglais, la jeune femme, fascinée par les mots, a appris seule à lire et à écrire.

Son indépendance et sa soif de savoir trouveront des échos dans le cœur et l’esprit du philosophe René Descartes. Mais dans ce XVIIe siècle d’ombres et de lumière, leur liaison pourrait les perdre. Descartes est catholique, Helena protestante. Il est philosophe, elle est servante. Quel peut être leur avenir ?

En dévoilant cette relation amoureuse avérée et méconnue, Guinevere Glasfurd dresse le portrait fascinant d’une femme lumineuse, en avance sur son temps, et révèle une facette du célèbre philosophe français.

Dans une Histoire largement contée par les hommes, il est déjà rare de laisser la parole à une femme. A une servante, cela n’arrive presque jamais.

C’est cette vie demeurée dans l’ombre que nous raconte avec beaucoup de justesse Guinevere Glasfurd. Celle d’Helena, servante ayant appris seule à lire et à écrire, jugée insignifiante par ses contemporains, côtoyant le Monsieur qu’héberge son patron pour finir dans ses bras. L’affaire aurait pu tourner à la simple romance, mais il n’en est rien. Ce n’est ni la bonne époque, ni les bonnes personnes pour ce genre d’histoire. Pour le Monsieur qu’est Descartes, rien ne lui est plus cher que son oeuvre et Helena s’en rendra vite compte.

Le style et la narration à la première personne rendent un bel hommage à Helena, qui subit les événements mais reste toujours maîtresse de son destin.

A-t-elle inspiré Descartes comme le suggère l’autrice du roman ? Nul ne le sait, mais en le lisant on a envie d’y croire. Un livre à découvrir.

Utopiales 2016 : Premier jour

En direct de la salle de presse où il y a un ordinateur à disposition, voici mon compte-rendu de la journée d’hier ! Suivez-moi !

11h : Je fais du JDR

dsc_06341

En pleine partie de jeu de rôle !

Comme l’année dernière, je décide de débuter mon séjour en Utopiales par une partie de jeu de rôle. Avec mes deux colocataires, nous voilà embarquées dans un univers cyberpunk pour y incarner des technomanceurs, mi-homme, mi-machine. Je réponds au doux nom de Gertrude !

Le jeu, une adaptation de Royal Blood, se joue avec des cartes de tarot. Très participatif, il demande une grande implication des joueurs, ce qui est très intéressant. Le maître de jeu était super, si vous venez aux Utopiales aujourd’hui, cherchez Antoine, il y sera toute la journée !

13h : Je vais à des expos

dsc_06401

Exposition Bajram

J’ai ensuite essayé d’aller à une conférence, mais impossible de se concentrer. Je suis donc allée voir les expositions. Celle de Bajram, qui a illustré l’affiche, était pas mal, mais comme je n’ai pas lu Universal War, je n’ai pas été très intéressée par les planches.
Science Machina était très intéressante, j’ai appris beaucoup de choses et j’ai apprécié les planches de bande dessinée qui accompagnaient les explications. A voir !

dsc_06391

Écran profond des îles Salomon

Enfin, Prototypes du Grand Napotakeu valait le coup d’œil, notamment pour  ses installations.

15h : Je prépare Noël

J’ai aussi fait la file pour dédicacer un futur cadeau de Noël (mais je garde les détails secrets).

Conclusion : vive les Utopiales !

Une journée fort agréable, où je n’ai pas fait beaucoup de conférences mais j’ai pas mal traîné et papoter avec des gens. J’avoue que ce sont les moments que je préfère dans un festival : traîner et sentir l’ambiance spécifique des lieux.

Et vous, comment se passent vos Utopiales ?

Utopiales 2016 : J-3 !

utopiales2016De samedi jusqu’au 3 novembre se déroulera le chouette festival des Utopiales !

Machine(s)

Le thème de cette année sera autour des machines. Qu’elles soient pour explorer, pour transformer, pour servir ou simplement extraordinaires, elles seront omniprésentes dans le programme.

Un programme bien fourni

Comme tous les ans, je vais vouloir me dédoubler, il y a tant à voir et à faire. Voici ma sélection :

  • Samedi 12h : La machine est-elle l’avenir de la femme ?
  • Samedi 13h : Qui aura accès aux machines et à leurs ressources ?
  • Samedi 14h : Le vaisseau spatial comme personnage
  • Samedi 15h : Le voyage fantastique
  • Dimanche 11h : Remise du prix Planète SF des blogueurs
  • Dimanche 12h : Rencontre avec Alan Turing
  • Dimanche 13h15 : La drôle de guerre d’Alan Turing (documentaire)
  • Dimanche 14h45 : Cronos (film)
  • Dimanche 16h : La machine mythologique
  • Dimanche 19h : Remise du prix Julia Verlanger
  • Lundi 11h : Les machines alchimiques
  • Lundi 13h : L’uchronie technologique
  • Lundi 15h : Positivisme et science-fiction

Là-dedans, il faudra aussi que je trouve du temps pour les expositions, les dédicaces, les jeux et la causette avec les amis blogueurs et non-blogueurs. Ce sera très chargé !

Bien entendu, ce programme ne sera absolument pas tenu, et je ferai surtout à l’inspiration !

On se retrouve là-bas ?

J’y serai du samedi au lundi et je vous ferai un compte-rendu de chaque journée sur le blog. Si vous venez, faites-moi signe !

Court Métrange 2016 – Jour 1

affiche-cm Hier, avait lieu la première journée de l’édition 2016 de Court Métrange ! J’aime beaucoup ce festival qui me sort de ma zone de confort cinématographique une fois l’an et je vous recommande d’y faire un tour dès ce soir !

Avant de vous livrer mon avis sur les deux séances auxquelles j’ai assisté, deux observations :

  • l’ambiance est au rendez-vous !
  • allez réserver vos places si ce n’est pas déjà fait, la billetterie a  été prise d’assaut et dès cet après-midi, la séance de 19h30 était déjà complète.

Qui sommes nous ?

Voilà la question à laquelle la séance de 21h a tenté de répondre. Et d’après les courts-métrages présentés, l’humanité est horrible.

La séance a débuté par le très bon Isabella, qui renouvelle la thématique du portrait et du double de manière intéressante. Il fut suivi de The Pimple, bien mené mais dont je n’ai vraiment pas compris la portée allégorique de la fin (si quelqu’un peut m’expliquer je suis preneuse). La voce était plutôt bon mais souffre de quelques longueurs, c’est bien dommage (surtout qu’il y a dedans l’acteur de la série parodique Le cœur a ses raisons !). The man who caught a mermaid était sympa mais prévisible et Manoman est sympa mais sans plus. Voilà donc une séance qui m’a laissé sur ma faim, je suis curieuse de savoir ce qu’en a pensé le jury.

La vérité est ailleurs

Event Horizon est pour l’instant mon chouchou, alliant science-fiction et nostalgie de l’enfance. Böisé n’a pas su me toucher, malgré une idée intéressante. Mars 3752 était très drôle et un autre de mes chouchous. Un ciel bleu presque parfait était pas mal et même si ce n’était pas mon goût, je l’ai trouvé bien mené. Quand à ce The procedure, il a su faire rire la salle (dont moi j’avoue), mais on se demande ce qui a pu passer dans la tête de celui qui a fait le scénario. La vérité est vraiment ailleurs…

En bref, deux séances sympas, avec trois chouchous et d’autres plutôt bons. Mais pas encore de coup de cœur. Ce soir peut-être ?

 

Marathon de lecture d’automne

ratoctobre1Au dernier moment, je décide de m’inscrire au marathon de lecture d’automne qui se déroule aujourd’hui et demain chez Margotte. Bon, j’ai une excuse, mon weekend a commencé à 15h et je ne savais pas si je serais assez remise de la Nuit du Fantastique (je vous fais le compte-rendu demain) pour lire quelque chose.

Je m’inscris dans les catégories macaron et chemin de traverse, donc très tranquille sans contrainte.

Donc pour l’instant ça va, je vais essayer de lire un petit avec vous ce weekend. Je compte continuer le livre que je lis en ce moment pour mon autre blog Mnemographie (qui participe au challenge Halloween) :

  • Les mots, la mort, les sorts de Jeanne Favret-Saada

Bonnes lectures à tous !

Mise à jour du dimanche soir !

J’ai lu une heure et demie samedi après-midi, et une demi-heure cet après-midi. J’aurais aimé lire plus mais ce n’était pas possible.

En tout cas, c’était bien chouette de lire avec vous, merci à Margotte pour l’organisation !